Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Albanie : le Parti démocratique mobilise dans la rue contre le gouvernement - Disparition : Jovan Ćirilov, la grande voix du théâtre serbe, est parti - Entre Slovénie et Croatie, la guerre de la saucisse de Kranj est déclarée - Le « petit prince » du gaz ukrainien a t-il obtenu la citoyenneté serbe ? - Monténégro : les marins restent à quai à cause du gouvernement - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

B92

Catastrophe écologique : marée rouge sur le Danube

Traduit par Philippe Bertinchamps
Sur la Toile :
Publié dans la presse : 7 octobre 2010
Mise en ligne : jeudi 7 octobre 2010
La ville de Kolontar en Hongrie a connu dans la nuit du 4 au 5 octobre une catastrophe écologique sans précédent. La rupture d’un réservoir de résidus d’aluminium d’une usine a inondé d’un flux toxique plusieurs villes et la rivière Markal, affluent indirect du Danube. Le 7 octobre, les boues rouges ont atteint le Danube, contenant un pH supérieur au taux normal. L’administration de la province se dit prête à prendre les mesures appropriées si la marée de boue toxique en provenance de Hongrie menace la Voïvodine.
JPEG - 76.9 ko
(© AFP - Photo NR)

Le gouvernement de Voïvodine a annoncé que l’Inspection provinciale de la protection de l’environnement est prête, ensemble avec le ministère de l’Environnement, à répondre à la menace.

Le Secrétaire régional à l’Environnement, Slobodan Puzović, a déclaré que 600.000 mètres cubes de boue rouge s’étaient échappés de la fabrique d’aluminium en Hongrie, des trainées dangereuses à cause de leur contenu en métaux lourds.

Il a ajouté que quatre personnes étaient mortes dans l’une des pires catastrophes écologiques et chimiques que la Hongrie a connues, ajoutant que les autorités hongroises avaient pris une série de mesures pour stopper le flux de boue toxique de contaminer les cours d’eau principaux, dont le Danube, via son affluent, la rivière Markal.

Le danger est imminent que les substances toxiques pénètrent les rivières de Serbie, le secrétariat provincial compétent suit de près la situation et a envoyé une lettre à l’entreprise publique Voïvodine Šume et au Commandement de la Réserve naturel spéciale du haut Danube, « car la réserve est située à la région frontalière et zone d’inondation du Danube ».

Une lettre semblable a également été envoyée à l’entreprise publique Vode Voïvodine, qui contrôle la qualité de l’eau dans la région frontalière avec la Hongrie, avec une requête de contrôle des développements et informer le Secrétariat de l’évolution de la situation, selon un communiqué du Secrétariat provincial à l’Information.

Retrouvez notre dossier :
Pollution : pitié pour le Danube