Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Milorad Dodik et Avigdor Lieberman : petits gueuletons « entre amis » - Scandale Baltakos : Aube dorée, « l’idiot utile » du gouvernement Samaras - Sandžak de Novi Pazar : qui a intérêt à jouer la déstabilisation ? - Le pape François en Albanie pour célébrer le dialogue interreligieux - Inondations en Croatie : assurez-vous, l’État ne paie pas ! - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

B92

Intégration européenne : la Serbie passe un tour et attendra le mois de mars

Traduit par Jad
Sur la Toile :
Mise en ligne : vendredi 9 décembre 2011
Le Conseil européen réuni vendredi à Bruxelles a décidé de repousser au mois de mars l’octroi du statut de candidat à la Serbie - conditionné par les progrès du dialogue avec Pristina. Par contre, le Conseil a paraphé le traité d’adhésion de la Croatie. Le Monténégro, quant à lui, devrait recevoir une date d’ouverture de ses négociations d’adhésion en juin prochain.

Selon le projet de résolution communiqué à la presse, la Serbie obtiendra le statut de candidat en mars prochain, si elle remplit une série de conditions touchant au dialogue avec Pristina et à son application sur le terrain. Elle devra notamment s’engager en faveur de la liberté de circulation pour la mission Eulex et la Kfor.


Retrouvez notre dossier :
Intégration européenne : la Serbie attendra le mois de mars pour obtenir le statut de candidat 


La résolution reconnaît par ailleurs que la Serbie a fait de grands projets dans la mise en oeuvre des critères de Copenhague.

À propos du Monténégro, cette résolution retient que celui-ci pourrait recevoir en juin prochain une date d’ouverture de ses négociations européennes à condition qu’il accélère les réformes visant au bon fonctionnement de l’État de droit et la lutte contre la criminalité organisée.

À la veille du Sommet, le Président Tadić avait déclaré qu’en repoussant l’octroi du statut de candidat, l’Union européenne prenait le risque d’un retour du nationalisme et d’une montée des tensions, non seulement en Serbie mais dans toute la région.