Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Serbie : la « visite secrète » très médiatisée de Tony Blair - Macédoine : révélations Zaev acte 3, les médias sous contrôle - Politique et justice au Kosovo : reprise du procès d’Oliver Ivanović - Macédoine : les étudiants en grève font plier le gouvernement - Bataille du rail : les chemins de fer croates menacés de démantèlement - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Le Courrier des Balkans

Élections présidentielles françaises : Vojislav Šešelj félicite Marine Le Pen

Sur la Toile :
Mise en ligne : mardi 24 avril 2012
Dans une lettre envoyée depuis sa cellule de la prison de Scheveningen, le président du Parti radical serbe, Vojislav Šešelj, toujours en instance de jugement devant le TPIY, a félicité Marine Le Pen pour les 17,9% des voix obtenus dimanche au premier tour de l’élection présidentielle. Le « compagnonnage » entre le FN français et les Radicaux serbes remonte aux années 1990.

Dans cette lettre adressée à Marine Le Pen et à son père Jean-Marie, Vojislav Šešelj écrit que le succès remportée par la candidate d’extrême droite montre que « les forces anti-mondialisation se renforcent ».


Retrouvez notre dossier :
« Élections de Djurdjevdan » en Serbie : tous les scrutins auront lieu le 6 mai 


Jadranka Šešelj, épouse du dirigeant radical et candidate aux élections présidentielles serbes du 6 mai prochain (lire notre article « Jadranka, épouse Šešelj : candidate de substitution à la présidence serbe »), a également adressé une lettre de félicitation aux Le Pen, fille et père.

Les relations entre le Front national français et le Parti radical serbe remontent aux années 1990, même si la « diplomatie » de l’extrême droite française menait un jeu compliqué, certains secteurs du FN entretenant dans le même temps des relations privilégiées avec l’extrême droite croate.

Ces relations se sont progressivement distendues, même si l’actuel dirigeant du Parti progressiste serbe (SNS), Tomislav Nikolić, se flattait encore de l’amitié de Jean-Marie Le Pen à la veille de son départ du SRS.

En février dernier, Jean-Marie Le Pen a également reconnu une rencontre restée secrète avec Radovan Karadžić, l’ancien chef des Serbes de Bosnie-Herzégovine.