Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Cinéma : les Chinois préparent un remake de « Walter brani Sarajevo » - Trafic aérien en Serbie : « l’aéroport de Belgrade est l’un des plus chers d’Europe » - Filip Dewinter, le chef du parti flamand d’extrême droite s’affiche aux couleurs du HOS - Autoroute du Kosovo : l’ancien ambassadeur américain en plein scandale de corruption - Moldavie : la Transnistrie demande de nouveau son rattachement à la Russie - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Le Courrier des Balkans

Albanie : hommage patriotique mais pas unanime à l’ancien roi Zog

De notre envoyé spécial à Tirana
Sur la Toile :
Mise en ligne : samedi 17 novembre 2012
Zog Ier (1895-1961), unique souverain ayant régné sur l’Albanie moderne, repose désormais sur sa terre natale. Les restes du roi, rapatriés de France, ont été déposés avec les honneurs de l’État au nouveau mausolée royal de Tirana, devant une assistance réduite. La présidente du Kosovo Atifete Jahjaga a prononcé un éloge funèbre, mais l’opposition albanaise boycottait la cérémonie.

Par Jean-Arnault Dérens

Alors que Tirana se couvre de drapeaux rouge et noir en prévision des grandes fêtes du centenaire de l’indépendance albanaise, proclamée le 28 novembre 1912 à Vlora, la cérémonie n’a guère mobilisé l’opinion.


Retrouvez notre dossier :
28 novembre 1912 : il y a cent ans, naissait l’État d’Albanie 


Quelques centaines de personnes sont venus rendre un dernier hommage au cercueil royal, exposé dans l’ancien palais royale de Tirana. La foule n’était guère plus nombreuse à piétiner dans la boue, devant le nouveau mausolée royale, édifié sur les hauteurs de la capitale.

Le rapatriement de la dépouille mortelle du roi, précédemment enterré au cimetière de Thiais, en banlieue parisienne, avait été voulu par le gouvernement de Sali Berisha, et les honneurs de l’État ont été rendus au défunt souverain. Par contre, l’opposition de gauche avait choisi de boycotter la cérémonie, dénonçant une « manipulation » du personnage historique du roi Zog.

Par contre, après quelques phrases de salutation du prince Leka II, héritier de la couronne, c’est la présidente du Kosovo, Atifete Jahjaga, qui a pris la parole pour prononcer un long éloge funèbre du défunt, rappelant qu’il s’était proclamé « roi des Albanais », et qu’il avait donné le titre honorifique de « prince du Kosovo » à son neveu, Tati Esad Murad Kryeziu.

Atifete Jahjaga a évoqué l’engagement du roi Zog dans la « modernisation » de l’Albanie, et sa transformation en un « État européen ». Cette vision n’est pourtant pas partagé par tous les historiens albanais, qui estiment souvent, au contraire, que Zog a établi un État clanique et faible.

Réfugié en Serbie, Ahmet Zogu envahit l’Albanie à la fin décembre 1924 avec l’aide de Belgrade, renversant le gouvernement légitime de Fan Nolli. Après avoir assumé la présidence de la République, il s’est autoproclamé roi des Albanais le 1er septembre 1928. Il a fui son pays après l’occupation italienne en avril 1939, et a vécu en exil le reste de sa vie, en Grèce, en Turquie, en Roumanie, en Grande Bretagne et en Egypte avant de se réfugier en France, où il est décédé à l’âge de 66 ans.

Au mausolée de Tirana, Zog Ier reposera aux côtés de son épouse, la comtesse hongroise Géraldine Apponyi, de son fils le prince Leka Ier, et de sa belle-fille d’origine australienne, Susan Cullen-Ward.