Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Le Courrier des Balkans, c’est nous... - Bulgarie : Boïko Borisov prêt à constituer un gouvernement sans coalition - Monténégro : un militant LGBT agressé à Tivat - Serbie : après les inondations, la Drina polluée par d’anciennes mines - Kosovo : un journaliste de la télévision Klan poignardé par un inconnu - Bosnie-Herzégovine : à Tuzla, la mobilisation ouvrière gagne de l’ampleur - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Le Courrier des Balkans

Croatie : dix ans de prison pour l’ex-Premier ministre Ivo Sanader

De notre correspondante à Split
Sur la Toile :
Mise en ligne : mardi 20 novembre 2012
Ivo Sanader, ancien Premier ministre et chef du parti conservateur HDZ, a été reconnu coupable de corruption et de « profit de guerre ». L’homme fort du pays au début des années 2000 a été condamné à une peine de prison de dix ans ferme.

Par Claire Vallet

Ivo Sanader a été reconnu coupable par le Tribunal de première instance du comté de Zagreb des deux chefs d’accusation pour lesquels il était en procès depuis plus d’un an et pour lesquels le procureur avait requis la peine maximale de quinze ans de prison.

« La guerre a été un environnement idéal pour vos intentions criminelles », a dit le juge Ivan Turudić, qui a demandé la réclusion de l’ancien homme fort de la Croatie. Ivo Sanader a été immédiatement transféré au centre de détention de Remetinec, à Zagreb.

Il écope d’une peine de prison de dix ans (respectivement trois ans et demi et sept ans et demi, une peine ensuite « consolidée », soit réduite, à dix ans), et doit rendre à l’Etat croate dans un délai de 15 jours ce qu’il a acquis illégalement, soit 3,6 millions de kuna (475 000€).

Il est reconnu coupable d’avoir reçu de la banque autrichienne Hypo Adria Bank, alors qu’il était vice-ministre des Affaires étrangères pendant la guerre (fin 1994-début 1995), la somme de 3,6 millions de kuna en échange de l’implantation d’Hypo Alpe Adria sur le marché croate.

La commission lui a été versée après la conclusion du prêt de 140 millions de schillings autrichiens (environ 10 M€) entre le gouvernement de la République de Croatie et la banque Hypo. Les conditions de ce prêt étaient favorables aux deux parties, puisque la Croatie en guerre avait une économie en difficultés avec des taux d’intérêts très importants.

D’autres affaires en cours

Ivo Sanader a également été reconnu coupable d’avoir reçu des pots-de-vin de la compagnie énergétique hongroise MOL en 2008 alors qu’il était Premier ministre, soit la somme de 5 millions d’euros en échange d’assurer à MOL une position dominante dans la compagnie pétrolière croate INA alors en cours de privatisation. Ainsi, MOL, actionnaire d’INA à 49,1% (Zagreb en contrôlait 44%) se voyait assuré d’un pouvoir de décision et de gestion comme un actionnaire majoritaire (51%).

« Ivo Sanader a trahi les intérêts nationaux alors que son devoir était de les protéger », a déclaré le 14 novembre la juge Vanja Marusić tandis qu’Ivo Sanader plaidait non-coupable pour ces deux chefs d’accusation et évoquait une persécution politique de Jadranka Kosor, qu’il avait placée à sa suite lors de sa démission en juillet 2009 et qui depuis menait une campagne anti-corruption.

Les déboires d’Ivo Sanader avec la justice risquent de se poursuivre. Il est toujours en procès pour d’autres affaires de corruption, notamment dans le cadre de l’affaire Fimi Media (financement occulte de son parti HDZ), du dossier Planinska (achat d’un bâtiment par un ministère à un tarif surévalué), de l’affaire HEP DIOKI (électricité vendue à un tarif trop bas par l’entreprise d’Etat HEP au groupe pétrochimique Dioki) et des enquêtes sont en cours en ce qui concerne l’entreprise HEP TLM (électricité vendue à un tarif trop bas par HEP à l’entreprise d’aluminium TLM de Šibenik) et BMW (voiture de luxe payée par son parti, HDZ).