Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Bulgarie : à l’école de Kalishte, on ne veut pas des enfants réfugiés - Diplomatie : la Macédoine et la Serbie feront « ambassades communes » - Inondations en Serbie : l’état d’urgence déclaré dans l’est du pays - Électricité en Albanie : Edi Rama et la Banque mondiale veulent rallumer le courant - La Grèce adopte une nouvelle loi qui criminalise le racisme - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Dnevnik

Pollution atmosphérique : alerte au « smog » à Skopje

Traduit par Slavica Rizovska
Sur la Toile :
Publié dans la presse : 16 décembre 2012
Mise en ligne : lundi 31 décembre 2012
Attention danger ! Cet hiver, l’air de Skopje a atteint des pics de pollution vingt fois supérieurs au seuil autorisé. Visibilité extérieure réduite, odeur permanente de fumée, respiration difficile… Les citoyens de Skopje se plaignent. Le 27 décembre, un groupe de jeunes militants écologistes a manifesté. Mais aucune mesure concrète n’a été prise pour améliorer la qualité de l’air.

Par Sonja Hristovska

« Ce week-end, impossible de rentrer mon bois normalement ou de faire mon marché quotidien. L’air est très pollué, tout le monde peut le sentir. Le temps d’un aller-retour jusqu’à l’épicerie, je me suis senti mal », raconte Dragi M., retraité de Lisice, quartier densément peuplé de Skopje qui détient le triste record de pollution atmosphérique.


Retrouvez notre dossier :
L’environnement dans les Balkans, un problème oublié


Début décembre, la concentration de micro-particules à Lisice a atteint 1.000 mcg/m3, soit vingt fois le seuil. Dans le centre-ville et le quartier de Karpos, on enregistrait jusqu’à 800-900 mcg/m3. En cause : un temps stable, l’absence de vent et une inversion des températures au-dessus des vallées. Mais aussi les gaz d’échappement des véhicules, les cheminées d’usines et le bois de chauffage.

Les experts rappellent qu’il y a 60 ans, par une météo semblable, le grand smog de Londres a provoqué la mort de 12.000 personnes.

Selon les médecins, une exposition prolongée à une pollution atmosphérique élevée est extrêmement dangereuse pour la santé. Les particules pénètrent dans les poumons et le sang et provoquent une série de troubles pouvant entraîner la mort. Les malades chroniques, les enfants en bas âge, les personnes âgées et les femmes enceintes sont particulièrement fragiles.

Selon la Banque mondiale, chaque année, jusqu’à 1.350 personnes meurent des suites de la pollution atmosphérique.