Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Croatie : Ivan Vilibor Sinčić, « candidat anarchiste à la présidentielle » - Cuisine électorale en Grèce : fricotage, grenouillage et tripotage au menu de la présidentielle - Football : le coup de gueule de la fédération serbe contre le gouvernement  - Pollution : un dépotoir de vieilles bombes gît au fond des Bouches de Kotor - Serbie : quand les hommes d’affaires se penchaient sur le berceau du nouveau parti de Nikolić et Vučić - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Ta Nea

Grèce : attaque à la kalachnikov contre le bureau du Premier ministre

Traduit par Laurelou Piguet
Sur la Toile :
Mise en ligne : mardi 15 janvier 2013
Les bureaux du parti Nouvelle-Démocratie ont été la cible d’un attentat qui aurait visé le Premier ministre, Antonis Samaras. La Grèce connaît une vague de violence importante depuis une semaine : des banques, des bureaux et les résidences de personnalités proches du pouvoir ont subi des dommages à coups de matériaux explosifs.

Une attaque armée a été perpétrée lundi 14 janvier à 3 heures du matin contre les bureaux centraux du parti gouvernemental Nouvelle-Démocratie. Selon les premières informations, deux inconnus se seraient approchés et auraient ouvert le feu avec des fusils d’assaut kalachnikov contre les bureaux, sans faire de blessés. Neuf douilles ont été retrouvées sur les lieux.

Le porte-parole du gouvernement a déclaré sur Vima FM que c’était le bureau du Premier ministre, Antonis Samaras, qui était visé, au deuxième étage, où une balle a été retrouvée. Le ministre de l’Ordre public a déclaré au Parlement que l’attaque avait impliqué deux armes. Les malfaiteurs auraient utilisé une voiture volée.

Cette attaque fait suite à une série d’actes violents qui ont eu lieu dans la nuit de samedi à Athènes : plusieurs banques ainsi que des bureaux du parti Nouvelle-Démocratie ont subi des dommages à coups de matériaux explosifs ou inflammables.

C’est en fait à une vague de violence que doit faire face la police grecque qui a décompté 22 événements de ce genre en Grèce en une semaine. Ainsi, le domicile de cinq journalistes et du frère du porte-parole du gouvernement ont été aussi visés en fin de semaine.

Depuis début janvier, de nombreux bureaux de partis politiques ont été visés. Les attaques contre les journalistes ont été revendiquées par deux organisations sur un site d’activistes anticapitalistes.