Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Le « petit prince » du gaz ukrainien a t-il obtenu la citoyenneté serbe ? - Monténégro : les marins restent à quai à cause du gouvernement - Embargo sur les produits agricoles de l’UE : salade russe en Macédoine - Albanie : les pluies diluviennes provoquent de fortes inondations - Crimes de guerre en Bosnie : douze arrestations à Prijedor - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Mapo

Violences du 21 janvier 2011 en Albanie : la justice innocente la Garde républicaine, la population manifeste

Traduit par Mandi Gueguen
Sur la Toile :
Mise en ligne : lundi 11 février 2013
Une grande manifestation a eu lieu samedi à Tirana après l’annonce du verdict innocentant les deux gradés de la Garde républicaine pour les quatre morts du 21 janvier 2011. Les trois juges ont estimé qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes pour retenir la préméditation. Pourtant, le procureur avait requis 23 et 25 ans de prison. La faillite d’une justice à la botte du pouvoir politique ?

Par Leonard Bakillari

La salle du tribunal, pleine de membres de la Garde Républicaine, a longuement applaudi à l’annonce du verdict innocentant le général Ndrea Prendi, ancien chef de la Garde républicaine et le major Agim Llupo, ancien chef d’une unité spéciale, des accusations de meurtres dont ils faisaient l’objet.

Les deux hommes étaient accusés d’avoir tiré sur la manifestation du 21 janvier 2011. Quatre personnes avaient été tuées et sept autres blessés, dont un journaliste. Les trois magistrats ont jugé qu’aucune preuve concrète ne permettait de conclure à la culpabilité des deux officiers.

Pourtant, le procureur avait requis une peine de 23 ans de prison contre Ndrea Prendi et de 25 ans pour Agim Llupo. Pour appuyer son accusation, il s’était appuyé sur les enregistrements vidéos, l’expertise du FBI et les témoignages des manifestants. Selon le procureur, Ndrea Prendi a tiré onze fois en direction de la foule tuant une personne.

Le Parquet a annoncé qu’il entendait faire appel de cet acquittement tandis que l’Ambassade des États-Unis s’est dite « choquée » par ce verdict. Samedi, une grande manifestation était organisée à Tirana pour contester une décision qui protège les forces de l’ordre et non les victimes.

« Nous tirons la sonnette d’alarme parce que la justice est prise en otage par un système autocratique », s’est indigné Andrea Stefani, un analyste politique. « Sous la pression du gouvernement, le tribunal a jugé que les victimes méritaient de mourir ».