Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Entre Slovénie et Croatie, la guerre de la saucisse de Kranj est déclarée - Le « petit prince » du gaz ukrainien a t-il obtenu la citoyenneté serbe ? - Monténégro : les marins restent à quai à cause du gouvernement - Embargo sur les produits agricoles de l’UE : salade russe en Macédoine - Albanie : les pluies diluviennes provoquent de fortes inondations - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Hulala

La Hongrie se mobilise pour l’autonomie des Sicules de Roumanie

Sur la Toile :
Publié dans la presse : 28 octobre 2013
Mise en ligne : mardi 29 octobre 2013
Une dizaine de milliers de personnes ont manifesté dimanche dans la capitale hongroise pour réclamer l’autonomie du pays Sicule en Transylvanie roumaine où vivent plusieurs centaines de milliers de Sicules revendiquant leur appartenance à la nation hongroise. Des manifestations ont aussi eu lieu en Roumanie.

Cette grande manifestation a été organisée par une association très proche du gouvernement de Viktor Orban : le Forum d’Union Civile CÖF (Civil Összefogás Fórum) et ses deux fondateurs les plus en vue, Laszlo Czizmadia et l’incontournable Zsolt Bayer, journaliste-polémiste du journal Magyar Hirlap.

Les manifestants portant des drapeaux hongrois et sicules et des pancartes « Autonomie territoriale pour Székelyföld » (le Pays Sicule) se sont rassemblées en fin de matinée sur la Place des Héros avant de se rendre sous les fenêtres de l’ambassade de Roumanie.

En Roumanie aussi des manifestants ont défilé entre deux villages dans la région de Transylvanie, a l’appel de l’Union démocratique des Hongrois de Roumanie (UDMR), le principal parti des Hongrois de Roumanie.

Budapest rejette formellement l’idée d’une annexion de la Transylvanie, soutenue par de rares extrémistes hongrois, mais soutient officiellement l’autonomie territoriale et culturelle d’une partie de la Transylvanie, perdue au profit de la Roumanie avec le traité de Versailles de 1920.

Il est peu vraisemblable que cette manifestation du soutien de Budapest aux minorités d’outre-frontière puisse faire avancer la cause de l’autonomie sicule. Il est plus probable que cela ne crispe encore un peu plus Bucarest, quelques mois après « la crise du drapeau sicule ».

Selon le dernier recensement roumain de 2002, le Pays Sicule (souvent nomme Szeklerland) compte 800.000 habitants dont un peu plus de 600.000 ont revendiqué leur identité sicule-hongroise. Cette région historique forme un ilot de 10.000 km² au centre de la Roumanie. Plus de 80% des Hongrois de Roumanie soutiennent l’autonomie sicule, contre seulement 10-15% de l’ensemble de la population de la Roumanie, précise un article très complet du site Index.hu.