Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Crimes de guerre au Kosovo : le « Groupe de la Drenica » en liberté conditionnelle - LGBT en Albanie : un premier foyer d’accueil à Tirana - Kosovo : la mort tragique d’un enfant rrom - Sommet de Belgrade : pour les droits de l’homme en Chine, on repassera - Économie : Ljubljana renforce ses liens avec Moscou  - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums
Dossier

Roumanie : le président Klaus Iohannis a été investi ce 21 décembre

Mise en ligne : novembre 2014
Roumanie : le président Klaus Iohannis a été investi ce 21 décembre
Avec 54% des voix, l’ancien maire de Sibiu, Klaus Iohannis a infligé une défaite cinglante à Victor Ponta au second tour de l’élection présidentielle en Roumanie. Élu le 16 novembre, il a été investi le 21 décembre. Issu de la minorité allemande, ancien professeur de physique, le nouveau Président a promis de s’attaquer à la corruption qui ronge le pays. Il va déjà devoir composer avec son ancien adversaire, toujours Premier ministre.
-
Nos articles
Roumanie : quand la « lutte anti-corruption » fait oublier la justice sociale Bilten

Roumanie : quand la « lutte anti-corruption » fait oublier la justice sociale

Traduit par Jovana Papović

La victoire de Klaus Iohannis à la présidentielle roumaine du 16 novembre a souvent été présentée comme la victoire de la « lutte anti-corruption » et des jeunes générations antiautoritaires et pro-occidentales. Vraiment ?

Présidentielle en Roumanie : Victor Ponta reconnaît sa défaite, Klaus Iohannis est élu Le Courrier des Balkans

Présidentielle en Roumanie : Victor Ponta reconnaît sa défaite, Klaus Iohannis est élu

Le duel s’annonçait serré entre le Premier ministre Victor Ponta et le maire de Sibiu, Klaus Iohannis. Il aura tenu toutes ses promesses, mais Victor Ponta a reconnu sa défaite, félicitant son adversaire.

Élection présidentielle en Roumanie : Victor Ponta en favori, Klaus Iohannis en embuscade Le Courrier des Balkans

Élection présidentielle en Roumanie : Victor Ponta en favori, Klaus Iohannis en embuscade

De notre correspondant à Bucarest

Au second tour de l’élection présidentielle roumaine, le Premier ministre Victor Ponta va devoir résister au retour du candidat de l’Alliance Chrétienne-Libérale, le maire de Sibiu, Klaus Iohannis. Possédant une légère avance dans les sondages, Victor Ponta a cependant été desservi par le scandale des votes de la diaspora, qui a déjà fait tomber Titus Corlăţean, le ministre des Affaires étrangères.

Présidentielle en Roumanie : le scandale des votes de la diaspora fait tomber le ministre des Affaires étrangères Le Courrier des Balkans

Présidentielle en Roumanie : le scandale des votes de la diaspora fait tomber le ministre des Affaires étrangères

De notre correspondant à Bucarest

Après les manifestations organisées ce week-end dans toute l’Europe, mais aussi en Roumanie, pour dénoncer les cafouillages de l’organisation du premier tour de la présidentielle à l’étranger, le chef de la diplomatie a décidé de démissionner. Pas sûr que le second tour soit mieux tenu.

 

Tous les articles

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45

 

En savoir plus

Quelques repères

21,5 millions d’habitants
25% de la population sous le seuil de pauvreté
4,69 millions de retraités
4,7 millions de salariés dont 1,3 million de fonctionnaires
Au moins un million de chômeurs

Les principaux candidats :

Victor Ponta : né en 1972, Premier ministre et membre du Parti social-démocrate.

Klaus Johannis : né en 1959, le maire de Sibiu, appartenant à la minorité allemande, se présente sous les couleurs de l’Alliance chrétienne libérale.

Monica Macovei : née en 1959, elle a été procureur, militante des droits de l’homme et ministre de la Justice, et a centré sa campagne électorale sur la lutte anticorruption.

Elena Udrea : née en 1973, c’est la candidate soutenue par l’actuel président, Traian Băsescu, dont elle est l’une des prochaes collaboratrices. Créditée d’un faible score, elle a créé un nouveau parti, le Mouvement populaire.