Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Croatie : le cardinal Stepinac, allié des Oustachis, sera-t-il canonisé ? - Le Kosovo et la Serbie ont un ami commun, le Cheikh Mohammed bin Zayed - Bulgarie : un oligarque sulfureux bientôt au Parlement européen - Du sourire de la déesse : in memoriam Mirko Đorđević (1938 - 2014) - Législatives et corruption en Macédoine : y a-t-il vraiment un « scandale Gruevski » ? - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums
Dossier

28 novembre 1912 : il y a cent ans, naissait l’État d’Albanie

Mise en ligne : mardi 20 novembre 2012
28 novembre 1912 : il y a cent ans, naissait l'État d'Albanie
L’Albanie a 100 ans. L’indépendance albanaise a été proclamée le 28 novembre 1912 à Vlora, alors que les Balkans s’embrasaient dans le tumulte des guerres balkaniques, prélude au conflit mondial. Alors que l’État reconnu par les « grandes puissances » en 1913 laissait de côté près de la moitié des territoires où vivaient des Albanais, cet anniversaire est fêté en grande pompe à travers tout le monde albanais, aussi bien au Kosovo qu’en Macédoine ou en Albanie - comme un rappel d’une « question nationale » toujours ouverte.
-
Nos articles
Histoire : comment les Albanais perçoivent-ils la Première Guerre mondiale ? Deutsche Welle

Histoire : comment les Albanais perçoivent-ils la Première Guerre mondiale ?

Traduit par Rodolfo Toè

Dans la mémoire nationale albanaise, le souvenir de la Première Guerre mondiale est intimement lié à celui de la proclamation d’indépendance de 1912. La suite de l’histoire fut pourtant tragique, avec le dépeçage du pays pendant la guerre, mais l’historiographie nationaliste n’en retient que des aspects tronqués.

Littérature et nationalisme : Kadaré le désenchanteur Le Courrier des Balkans

Littérature et nationalisme : Kadaré le désenchanteur

L’écrivain Ismail Kadare n’a jamais boudé la polémique. Dans son dernier essai traduit en français, La discorde : l’Albanie face à elle-même : essai littéraire (Fayard, 2013), il attaque, il insulte, il maudit. Ses « ennemis » ? Les « renégats » qui fraieraient avec les Turcs, et tous ceux qui voudraient remettre en cause les « mythes fondateurs » du nationalisme albanais. Le ton est stalinien, les raccourcis hasardeux, le propos imprécis. L’analyse de Nicolas Trifon.

Albanie : patrimoine historique, identité nationale et manipulations politiques Le Courrier des Balkans

Albanie : patrimoine historique, identité nationale et manipulations politiques

Correspondance particulière

Le 30 décembre, des vandales saccageaient les fresques d’Onufri, chef d’oeuvre de l’art post-byzantin du XVIe siècle. S’agissait-il d’un pillage ou d’un acte politique de vandalisme, visant à détruire le patrimoine orthodoxe ? L’opposition et le gouvernement s’accusent mutuellement, mais en Albanie, le patrimoine fait toujours l’objet de toutes les manipulations politiques. L’analyse de l’architecte Nikelina Bineri.

Albanie : pour fêter le centenaire, la nationalité pour tous ! Shekulli

Albanie : pour fêter le centenaire, la nationalité pour tous !

Traduit par Mandi Gueguen

Le Premier ministre Sali Berisha a annoncé l’élaboration d’un projet de loi qui permettra aux membres de la diaspora d’obtenir la nationalité albanaise, sans condition, une mesure qui leur permettra notamment d’obtenir le droit de vote.

 

Tous les articles

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35

 

En savoir plus

Repères chronologiques :

1878 : en réaction aux décisions du Congrès de Berlin, création de la Ligue de Prizren, qui réclame l’unification et l’autonomie pour les vilayets albanais de l’Empire ottoman.
1908 : révolution Jeune-Turque, suivies des campagnes de 1910, visant à désarmer les Albanais.
8 octobre 1912 : La Ligue balkanique déclare la guerre à l’Empire ottoman.
28 novembre 1912 : Proclamation de l’indépendance albanaise à Vlora. Le gouvernement provisoire réclame tous les territoires où vivent des Albanais. mai 1913) : les frontières de l’Albanie sont fixées par la Conférence de Londres, en laissant à l’extérieur du nouvel État environ 60% du territoire revendiqué - notamment le Kosovo, le nord de la Grèce, une partie de la Macédoine.

Quelques acteurs :

Ismail Qemaili (1844-1919) : Né dans une famille noble de Vlora, haut fonctionnaire ottoman, il devient député au Parlement d’Istanbul après la révolution jeune-turque. Premier ministre du gouvernement provisoire albanais de 1912 à 1914, il se réfugie en France durant la Premier Guerre mondiale et meurt en 1919 d’une attaque cardiaque en Italie, alors qu’il tentait de rejoindre l’Albanie.

Isa Boletini (1864-1916) : Nationaliste albanais du Kosovo, né dans le village de Boletin, près de Mitrovica. Il dirige la délégation du Kosovo lors de la proclamation de l’indépendance albanaise à Vlora, fait partie de la délégation albanaise à la Conférence de Londres. Il est tué par l’armée monténégrine en 1916, lors d’une tentative des unités albanaises de s’emparer de Podgorica.

À lire :

Bashkim Iseni, La question nationale en Europe du Sud-est. Genèse, émergence et développement de l’identité nationale albanaise au Kosovo et en Macédoine, Bern, Peter Lang, 2008.
Nathalie Clayer, Aux origines du nationalisme albanais. La naissance d’une nation majoritairement musulmane en Europe, Paris, Karthala, 2007.

Liens