Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Bulgarie : sale temps pour le tourisme - Bosnie-Herzégovine : impasse politique à Mostar - Macédoine : un ambassadeur soupçonné de détournement de fonds et de séquestration - Lutte contre les MST en Roumanie : l’utilisation de l’image de Mihai Eminescu fait scandale - Ukraine : des mercenaires serbes des deux côtés du front - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Le Courrier des Balkans

Le Parlement européen donne son feu vert à l’adhésion de la Croatie

De notre envoyé spécial à Zagreb
Sur la Toile :
Mise en ligne : vendredi 2 décembre 2011
Le Parlement européen a donné jeudi son feu vert à l’adhésion européenne de la Croatie. 564 députés ont voté pour, 38 contre et 32 se sont abstenus. En Croatie, on attend une large victoire de la coalition de gauche Kukuriku aux élections de dimanche. Toutefois, le consensus pro-européen de la classe politique ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion.

Par Philippe Bertinchamps

Le Conseil européen doit confirmer l’adhésion de la Croatie lors de sa réunion le 5 décembre. Le traité sera signé quatre jours plus tard et, lors du prochain sommet du Conseil de l’Europe, la Croatie aura la statut d’observateur.


Retrouvez notre dossier :
Élections en Croatie : le 4 décembre, défaite annoncée pour le HDZ 


Une délégation du Parlement croate, dirigée par le président du Parlement Luka Bebic, s’est rendu à Bruxelles pour l’occasion.

Mercredi, les membres du Parlement croate avaient déjà voté à l’unanimité pour l’adhésion de la Croatie. Le pays devrait devenir membre de l’UE le 1er juillet 2013. Toutefois, si la coalition de gauche « Kukuriku » l’emporte comme prévu aux élections de dimanche, elle a l’intention convoquer au plus vite un référendum pour confirmer le choix des Croates d’adhérer à l’UE.

Alors que la quasi-totalité de la classe politique croate se prononce en faveur de l’intégration européenne, celle-ci ne fait pas l’unanimité au sein de l’opinion publique, où de nombreuses critiques - de gauche comme de droite - se font entendre au sujet de l’UE.