Logo le Courrier des Balkans, le portail francophone des Balkans
filet
Macédoine : un pays gangréné par une corruption galopante - Serbie : les enseignants font l’école buissonnière contre le gouvernement  - Albanie : le Parti démocratique mobilise dans la rue contre le gouvernement - Disparition : Jovan Ćirilov, la grande voix du théâtre serbe, est parti - Entre Slovénie et Croatie, la guerre de la saucisse de Kranj est déclarée - 
Balkanophonie Abonnez-vous
La boutique en ligne A propos Livres ong liens Agenda
forums

Novinite

Bulgarie : un référendum sur l’avenir de l’énergie nucléaire

Traduit par Jacqueline Dérens
Sur la Toile :
Mise en ligne : dimanche 30 décembre 2012
La campagne d’information pour préparer la tenue du référendum qui doit avoir lieu le 27 janvier 2013 a été lancée ce mardi en Bulgarie. Les citoyens bulgares devront se prononcer sur l’avenir de l’énergie nucléaire dans leur pays en décidant ou non de la construction de nouvelles centrales. Le GERB, au pouvoir, comme le Parti socialiste appellent à soutenir l’énergie nucléaire.
JPEG - 25.6 ko
La centrale de Belene en travaux
(Novinite)

La question qui sera posée aux citoyens bulgares sera la suivante : « l’énergie nucléaire en Bulgarie doit-elle être développée par la construction de nouvelles centrales nucléaires ? ».


Retrouvez notre dossier :
Bulgarie : une république nucléaire ?


Les partisans du oui vont tenter de convaincre leurs concitoyens de soutenir le développement de l’énergie nucléaire dans le pays en approuvant la construction de nouvelles centrales. Le Parti socialiste bulgare (opposition) a créé un comité de soutien à ce projet, tandis que le Gerb du Premier ministre Borisov a réuni 76 juristes pour convaincre du bien-fondé de cette option.

Seuls deux comités créés par deux formations de droite, les Démocrates pour une Bulgarie forte et le Parti unifié du peuple, vont mener campagne pour voter non à l’avenir nucléaire du pays.

La tenue de ce référendum fait suite à la confusion qui entoure l’avenir de la centrale de Belene. Il a été demandé par le Parti socialiste bulgare qui a réuni les 500.000 signatures nécessaires requises par la loi pour l’organisation d’un référendum. La convocation du référendum a été soutenue par le Gerb qui, par l’intermédiaire du Premier ministre, a formulé la question en omettant de faire une référence spécifique à la centrale de Belene.

Selon la législation bulgare, pour être validé le référendum doit réunir au moins 4.345.250 votants. Pour que le oui l’emporte, il faudra donc 2.172.725 bulletins en sa faveur.